Le Vincenteau et la Guitare

 

le 29 juin 2019

                                              

                        Le Vincenteau et la Guitare

Un doué praticien, de chère malaxeur,
« Tritureur » de membres, des vertèbres seigneur,
Tripoteur de colonnes et d’articulations,
Vit un jour son aura sombrer en libation.

Au fin-fond du Jabron, flanqué de trois copains,
Avec moral d’acier, mais quelque peu hautain
Il va défier de ces reliefs austères,
Toutes les grimpettes, comme ses adversaires.

Aujourd’hui au « courant », avec son V.A.E,
On le sentait gagnant et même un peu « craneux ».
Mais si la technique de sa belle machine,
Jamais devant l’effort n’eut à courber l’échine,
Ce fut à son vieux corps que vite il va s’en prendre,
Quand un coup de chaleur provoqua l’esclandre.

Le Michel et Christian aussitôt prévenus,
Déclenchèrent les secours, avant même d’avoir bu.
Cloué sur le bitume, sans en faire un fromage
De Banon, il dût arrêter le carnage.
Sans vraies réactions et cherchant leurs ombrages,
Le voila à attendre … l’auto de ramassage.
Un petit trou de souris lui parut trop grand,
Pour dissimuler son embarras maintenant.

Et c’est ainsi qu’on vit à l’entrée du hangar,
Arriver un Vincent « tôt », suivi d’un Guy « tard ».

Jean de la fontaine de Fuveau

                                             JMT

PS : Sortie dans le Jabron du 29 Juin

Imprimer

Sacré Gérard

 

le 14 décembre 2018

                                              

                        Sacré Gérard

Sa belle guitare, il la couve et la caresse,
Quand sur son vélo, il se tanne les fesses.
Ses doigts sur sa belle, glissent avec souplesse,
Quand ses frêles guibolles le traînent avec tristesse.

Lire la suite

Imprimer

Mais si, Merci Amis

 

Venus en masse chez un Christian souverain,
Nous, petits hommes verts, arrivons en pèlerins.
Parmi sauge sauvage et lavande,
Pour des kilomètres en routes de légende.

Nous venons découvrir la vallée du Jabron,
Où, à de belles envolées nous « à Sisterons »,
Et où malgré l'effort, rien nous ne « Séderon »,
Ni de la fourchette, ni du biberon.

Ici pas de voiture, peu de circulation,
Et pourtant, on y fait sauter des « bouchons »,
Pour une savoureuse daube de sanglier,
Venir nos ventres faire jubiler.

Les hôtes avaient tout prévu ici,
Avec un joli petit voyage en Russie,
D'où nos bleus riches et survoltés,
Allaient occire une équipe « des argentés 
                       Mais si, Messi, Merci aussi !

Et si on est encore capable de pédaler,
Surtout de boire et bien sur de bien gameler,
Alors chers amis, « à l'an que ven », si j'ose,
Oubliant pour un temps, nos dures arthroses.

                                                            JMT

Imprimer

Le vieux philosophe de V3C

 

Un vieux cycliste de V3C quelque peu aguerri,

Vint sottement distancer Adam, un jeune Dandy,

Un de ces freluquets un tantinet pédant,

Qu'il ne connaissait ni de selle, ni des gants.

Un peu vexé, Adam voulut le rattraper,

Mais de ses compétences, rien il ne savait,

Surtout que le «Menteur» était dentiste avant,

Et qu'en bon arracheur, il savait jouer des dents.

«Puis-je rouler avec toi, pour crever l'abcès?»

«Bien sûr jeune mordu, je ne suis pas pressé!»

«Où vas-tu de cette cadence incisive?»

«A Carry, voir une exposition canine.»

Route faisant, les deux sportifs ouvrent mémoire,

L'un palabre, quand l'autre serre mâchoires.

«Tu devrais mieux t’entraîner» lance le vieillard.

«Mais je m'y emploie souvent» répond le fringant.

Adam allait se prendre une récidive:

«Pas assez, gringalet!» et toc dans les gencives.

«Tu n'es pas très fort et tu parles beaucoup trop,

Pense à ta respiration et oublie les propos.

Je suis certes un vieux monsieur, un pale tribun,

Mais ne te complais pas du dehors de chacun.

Tous les mots de ta bouche, garde les dedans,

Et si tu crois me niquer, tu te brosses Adam!»

 

JMT

Imprimer