Sex and Bike

 

le 8 Avril 2020 

SEX AND BIKE

Mais que ces sportifs sont sexy !
On va vous le prouver ici.

Bien montés sur leurs belles bicyclettes,
Dans de saillants maillots sans braguette,
Leurs beaux derchs’ en bombe et tout muscle tendu,,
Juchés sur leurs bécanes, ils exhibent leurs p’tits culs.
Ainsi c’est bien de cette position fatale,
Et non de leur talent qu’en coulisses, on parle.

On les voit se dandiner de façon vicieuse,
Et tels de petits rats monter en « danseuse,
Ou se déhancher, sans la moindre faute,
Pour, comme ce soir, s’exciter sur leurs « cocottes ».

Ils vont jusqu’à se « sucer » les roues en souplesse,
Le tube de selle, bien planté entre fesses.
Ils se moquent même « des railleurs » déchainés,
Qui les traitent de « pédales » efféminées.

Comme chez eux, sur leurs très belles copines,
C’est sur leurs vélos qu’aujourd’hui, ils s’échinent,
Et sur leurs « gourdes » chéries qu’ils vont s’épancher,
Pour d’un geste élégant se… désaltérer.

Ils aiment changer de roues comme de chaussures,
De peur que leurs « roues pètent » dans l’aventure.
Sur leurs tendres chéries, ils s’abandonnent,
Comme sur leurs superbes vélos… « car bonnes ».
Tout est vraiment sexy chez ces sportifs obsédés
Qui se questionnent entre eux : «tu l’as bien montée ?».

Espérant que vous excuserez nos « mots laids »
Que le jeudi, vous pouvez toujours aduler,
Et que demain, avec vous, rouler on puisse ;
À bientôt à tous, avant d’avoir mal aux « cuisses ».

Mais que ces pseudos sportifs semblent délurés !
Et curieusement, surtout ici, chez V3C.

Jean de la Pédale Joyeuse
JMT

Imprimer

Confinement

 

le 8 Avril 2020 

Confinement

Dans les tout premiers jours, presque des vacances :
Je vais, même du travail, apprécier l’absence,
Je vais apprécier fauteuil, farniente et sieste,
Décontraction, calme, silence et tout le reste.
Ne plus rien faire, que se laisser aller,
Et par les mots de Michou, me laisser bercer.
Regarder sur télé mon programme préféré,
Les boules et le sport comme les films à succès.
Je vais relire Camus, Giono, Ronsard, Hugo,
Pour un peu de culture et paraître moins idiot.

Mais bien vite, le temps, de moi, aura raison,
Car trop dur, c’est sûr, de rester à la maison.
Des vacances, tu parles, un vil enfer plutôt,
Plus de sortie-campagne avec ma belle auto.
Du fauteuil, j’en ai marre, il me brise le dos,
Et l’ennui de la sieste monte crescendo.
Bientôt, je vais regretter mon joli bureau,
Regretter mes dossiers, le Monde, le Figaro.
Les émissions télé me sortent par les yeux
Rien de plus con à voir et de plus ennuyeux.
Marre de ces lectures qui ne sont pas cadeaux,
Et de plus en plus besoin du chant des oiseaux.
Je ne vous parle pas, rapports conjugaux,
N’ayant rien à faire, elle me rompt les os !

Pas un confinement, mais un esclavage,
Car tous les soirs, amis, me voilà à l’ouvrage.
Certes, j’aime bien ça, mais vivement la fin,
Pour qu’avec V3C, je pédale demain.

Jean du Virus d’écriture

Imprimer

Allumez le feu

 

le 24 Mars 2020

                                              

                       Allumez Le Feu

Pourtant, sans vraiment en brûler d’envie,
Aujourd’hui, tant pis, j’enflamme ma vie,
Dans un feu de joie, par mes potes allumé,
Pour mes fumérailles, voulant être calciné.

Lire la suite

Imprimer

« ÇA VANNE » POUR MOI !

 

le 24 Mars 2020

« ÇA VANNE » POUR MOI !

Il y a bien longtemps, sous un soleil de plomb,
Une faune sauvage grouillait en des vallons.
       Lions, girafes, impalas,
      Éléphants, gazelles, nyalas
Trainaient leurs carcasses, de ruisseaux en prairies,
Dans cette savane, au goût de paradis.
La vie y était belle, les auges bien garnies,
Les couleurs aquarelles, les ressources infinies.

Lire la suite

Imprimer